Devenir « Ami de Dieu »


Le sacrifice d’Isaac : 3 remarques à retenir



Abraham était appelé "ami de Dieu". Quelle chose étonnante que d'être appelé ainsi. L'un des endroits où cette amitié est la plus tendre est le moment où Dieu appelle Abraham à sacrifier son fils sur la montagne. Ce qui s'est passé sur cette montagne se répercute tout au long de l'histoire, et Abraham a partagé certaines des émotions les plus douloureuses de son ami, Dieu.


1. La réponse d'Abraham à l'appel de Dieu.

Dieu l’appelle par son nom, "Abraham", et Abraham répond, "Me voici" - ou "hineni" en hébreu: une expression de disponibilité inconditionnelle.


2. Dieu ouvre son cœur à Abraham

L'hébreu révèle que la formulation utilisée par Dieu n'est pas celle d'un ordre, mais d'une demande. "S’il te plaît - Prends ton fils, ton fils unique, le fils que tu aimes" ..... Cela rappelle son premier commandement à Abraham, quand il lui a dit "Va » ! Quitter son pays, la terre de ses parents, la maison de son père. Mais cette fois-ci, il n'insiste pas : il demande – s’il te plaît


3. « aimer » est mentionné pour la première fois dans la Bible

Souvent, la première mention d'un mot ou d'un concept est la clé qui permet d'en dégager la signification dans le cadre plus large de la Bible. L'idée d'amour vient en premier dans ce concept - la volonté d'un père de sacrifier un fils bien-aimé sur le mont Moriah - et l'amour mentionné est l'amour du père pour le fils.


Le texte nous dit que le vieux père Abraham est celui qui fend le bois - un travail lourd pour un homme âgé - et ils partent ensemble vers la montagne du choix de Dieu. Le fils porte le bois sur son dos, sur le mont Moriah, l'endroit même où Yeshoua sera plus tard crucifié. Isaac pose innocemment des questions sur le sacrifice, et son père lui assure que "Dieu lui-même s'occupera de l'agneau".


Selon la tradition juive (Rachi), les mains et les pieds d'Isaac étaient liés dans son dos, et je ne peux même pas commencer à imaginer les pensées et les émotions qui se sont emparées de la tête d'Abraham alors qu'il tenait le couteau bien haut...


Mais les pensées et les émotions auraient été nombreuses et atroces... la douleur aurait été presque insupportable... attendez - que se passe-t-il ici ? Le texte biblique nous dit que Dieu mettait Abraham à l'épreuve, mais nous savons bien que Dieu connaissait déjà l'état du coeur d'Abraham. Permettait-il à Abraham aussi de voir à quel point son cœur de foi était vraiment prêt et disposé ? N'y a-t-il pas autre chose qui se passe ici aussi ? Voyons-nous ici que Dieu amène son ami, Abraham, à l'endroit où son propre Fils serait massacré, afin qu'il puisse partager un peu de son cœur et de sa douleur à propos de cette expérience avec Abraham ? La capacité d'Abraham à s'identifier à une partie de l'agonie de Dieu à ce moment lui a-t-elle permis d'apporter un peu de réconfort, d'empathie et d'amour à son ami, Dieu, alors qu'ils partageaient ensemble leurs douleurs ?

Je le crois.


C'est peut-être ce qu'écrit Paul lorsqu'il parle de la "communion des souffrances" dans Philippiens 3:10. Nous avons l'immense privilège de nous rapprocher du cœur de Dieu, il nous appelle son ami, et parfois, il nous invite et nous attire pour partager certaines de ses souffrances.


Sommes-nous prêt à permettre à Dieu de partager certaines de ses pensées avec nous ? Pour nous montrer ce qu'il ressent à propos de certaines choses de son cœur ? Sommes-nous prêt à l'écouter, à nous mettre à sa disposition ? À être un ami pour Dieu, à être son partenaire dans ce qu'il veut faire ?



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout