Yeshoua, le Juif – reconnu par des personnalités juives


De nombreux universitaires expriment leur admiration pour le Messie Yeshoua (Jésus).

De nombreux universitaires israéliens influents et de premier plan, tant laïques que religieux, ont publiquement exprimé leur admiration pour le Messie Yeshoua (Jésus). Voici juste deux exemples d'Israéliens influents :


Yochi Brandes

Yochi Brandes est née à Haïfa en 1959, fille du célèbre rabbin hassidique Yitzhak Rabinovitz. Elle a obtenu une licence en études bibliques dans des écoles ultra-orthodoxes.

Ses romans basés sur la Bible sont des best-sellers en Israël.


Yochi Brandes déclare publiquement :

"J'aime Yeshua [Jésus]. Mon étude des origines du christianisme au 1er siècle m'a conduit à la conclusion qu'il n'est pas responsable des persécutions et de l'antisémitisme que les chrétiens ont commis contre les juifs en son nom. Yeshoua a vécu comme un juif et il est mort comme un juif, un bon juif, un juif fidèle, un juif juste qui a suivi les lois de Dieu".

"En grandissant dans le monde juif orthodoxe, on m'a appris que Yeshoua est "yeshu", un acronyme pour "Que son nom et sa mémoire soient effacés". C'est pourquoi il me tient à cœur aujourd'hui de l'appeler Yeshoua ("salut" en hébreu). J'exprime ainsi mon amour et ma vénération pour ce grand juif".


Amnon Rubinstein

Amnon Rubinstein est né à Tel-Aviv en 1931 et a été doyen de la faculté de droit de l'université de Tel-Aviv de 1961 à 1975. Il écrit pour le plus grand quotidien d'Israël, Haaretz.

En 1973, Rubinstein entre dans la politique et fonde le parti centriste Shinui. Il a occupé pendant 35 ans différents postes au sein du gouvernement, dont celui de ministre de l'éducation. On estime que : « Peu de gens peuvent égaler sa contribution à l'État d'Israël en tant que personnalité publique et membre des pouvoirs législatif et exécutif du gouvernement".


Rubenstein sur Jésus

Yeshua a dit : « Ne croyez pas que je sois venu abolir la loi ».

Le Yeshoua historique n'a pas enlevé une seule chose au judaïsme, il a seulement ajouté sa vision du Royaume des Cieux. Il est mort avant que le christianisme ne devienne une croisade contre son propre peuple, sa mère, ses frères et ses disciples".

Le temps est venu de faire la paix avec le christianisme, sans oublier son passé anti-juif. Nous devons intégrer les écrits du christianisme dans nos systèmes scolaires nationaux.

Nous devons également reconnaître les chrétiens arabes indigènes d'Israël comme une continuation du Jésus historique, protéger leurs lieux de culte et permettre que leurs offices dominicaux soient diffusés sur les ondes.

"Ce sont là quelques-unes des façons de réaliser la véritable nature multiculturelle d'Israël - mais il faut commencer par faire la paix avec Yeshoua le Juif.

45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout